Agriculture Biologique L'agriculture biologique est une méthode de culture n'ayant jamais recours à la chimie. Par conséquent, les produits comme les pesticides, les engrais chimiques ou les Organisme Génétiquement Modifiés (OGM) sont bannis. Cette méthode se veut donc bon pour la nature et surtout, veut respecter les différents organismes vivants. Le but de l'agriculture biologique n'est pas d'obtenir un produit parfait, mais un produit authentique.

Des méthodes de culture différentes

En outre, l'agriculture biologique utilise différentes méthodes telles que l'agrosystème, la biodiversité ou encore les cycles biologiques afin de produire. Pour ce faire, les agriculteurs tendent donc à utiliser l'engrais vert, le compostage ou encore la rotation des cultures.

Une notion de qualité alimentaire et de respect de l'environnement

C'est au milieu du vingtième siècle, alors que l'agrochimie est en pleine expansion que l'agriculture biologique fait son apparition grâce au développement des engrais minéraux et à des personnes comme Albert Howard, Rudolf Steiner ou encore Masanobu Fukuoka. L'agriculture biologique émane dans un premier temps grâce à des penseurs critiquant l'introduction de la science dans l'agriculture. C'est seulement par la suite que la notion de qualité des aliments et de respect de la nature viendra se greffer à ce nouveau genre de production. Aujourd'hui, l'agriculture biologique permet à de nombreux agriculteurs de rentabiliser les productions tout en protégeant l'environnement et offrir des produits bio de qualité.

Une manière de cultiver qui profite à toute l'agriculture

L'agriculture biologique a développé des techniques servantes aujourd'hui à l'agriculture conventionnelle. En effet, la rotation culturale est de plus en plus utilisée par les agriculteurs traditionnels et de plus, l'agriculture biologique a permis de créer de nouveaux insecticides, moins nocifs pour la nature, et aujourd'hui utilisé par les conventionnels. Ainsi, l'agriculture traditionnelle se nourrit de sa rivale et permet alors de produire en préservant la nature et d'obtenir des produits de qualités. Inversement, l'agriculture biologique utilise elle aussi des procédés réservés normalement à sa rivale tels que l'utilisation de purins qui auraient un effet néfaste sur la terre, l'agroforesterie ainsi que le compostage.

La naissance d'un label

En France, l'agriculture biologique certifie ses produits par le label AB. Ce dernier est basé sur l'interdiction de l'utilisation de produits chimiques de synthèse. Ce label garanti que le produit comporte moins de 0,9 % d'OGM, qu'il est issu à 95 % de l'agriculture biologique et qu'il respecte la réglementation en vigueur en France. Ce label autorise donc tout de même l'utilisation de certains pesticides, mais ceux-ci sont grandement moins néfastes pour la nature et pour l'homme que les produits issus de la chimie de synthèse. En 2007 a lieu une Conférence internationale ONU/FAO sur l'agriculture biologique. Il a été dit, en autre, que ce type d'agriculture pouvait contribuer à la sécurité alimentaire, à la préservation de la nature, à combattre la faim dans le monde et stimuler le développement rural et son économie. Aujourd'hui, l'agriculture biologique concerne 37,5 millions d’hectares et génère un chiffre d'affaire de 45 milliards d’euros.
Fermer le menu